Pérou Nord

Publié le par Bea

P1000721

Notre arrivé à Lima est loin d'être évident, car c'est une ville de 7 millions d'habitants et pour trouver le centre (Miraflores) aucun panneau indique la route. Finalement on trouve un parking et même le mur d'escalade "Basecamp" qui se trouve par hasard juste à coté.

   P1000676 [800x600]
   P1000666 [800x600]

Le quartier Miraflores est beau, avec ses parques, les spéctacles et des bons restaurants. Des chats sauvages, nourries et chouchoutés par les habitants du quartier, ils se baladent entre les fleurs des parques. On découvre le café "Molido", tenu par une charmante mamie italienne, où on prend notre café et on se prend une bonne heure le matin à discuter avec les habitués qui viennent lire le journal.

On attend l'arrivé de Glenn qui devait nous visiter pour quelques semaines au Pérou. On attendant, on sort de la ville et de la polution et on s'en va à Huayllay pour grimper au "Bosque de las piedras". Je vous parle pas des galères pour sortir de la ville, car on pourrait en écrire un livre: 4 heures, rien que pour trouver la bonne sortie de la ville ! Enfin bref, on a finalement trouver la bonne route et on roule 6 heures jusqu'à Oroya. Dans ce village très moche, avec des habitants très méchants et des conducteur très dangereux, on passe une très courte nuit à cause de l'altitude (4000 mètres) et probablement aussi à cause des bourrés qui guelent toute la nuit et qui se sentent obliger de klaxoner à chaque foit qu'ils passent dans le village.

   P1000263 [800x600]    P1000264 [800x600]

Le lendemain on arrive dans le magique endroit de Huayllay. La gentille Maruja, qui s'occupe du tourisme et de l'entretien de cet endroit, nous fait visiter les meilleures coins pour faire de l'escalade. Car il y a des milliers de rochets, avec tout les formes imaginables !

   P1000439 [800x600]    P1000485 [800x600]
   P1000444 [800x600]    P1000474 [800x600]

Maruja nous prête même une cuisine pour faire à manger, donc on se fait carrement un poulet entier, qui nous nourrie toute la semaine. On profite des piscines d'eau chaude et des magnifiques balades.

   P1000374 [800x600]    P1000322 [800x600]
   P1000555 [800x600]    P1000573 [800x600]

Et là, incroyable message de Glenn : il avait commander son nouveau passeport, mais le camion qui devait le livrer à la maison a été braqué sur la route ! Donc suspense jusqu'à la dernière minute. Après 5 jours à Huayllay, on retourne à Lima par une route magnifique.

   P1000691    P1000710

Le 24 novembre, le passeport de Glenn arrive enfin chez lui et il prend l'avion le jour même. Le jour de mon anniversaire, on peut enfin le serrer dans nos bras, après 6 mois sans voir de personne proche. La valise de Glenn ne l'a toute fois pas fait jusqu'à Lima et est bloqué à Sao Paolo. En attendant la valise pour le lendemain, on se rend tout de suite à la plage pour surfer jusqu'au coucher de soleil. Bizarre de se retrouver d'un coup avec Glenn en Amérique du Sud, mais on s'y habitue tellement rapidement que ca semble tout naturelle ! Malgré le décalage horaire, il assume même la sortie pour fêter mon anniversaire. Le lendemain, on recupère la valise et on se rend à Huaraz (3000 m.), où on reste une journée pour grimper dans les montagnes. On découvre des très bons endroits pour manger et pour jouer aux échecs un après-midi de pluie.

   P1000714    P1000722
   P1000720    P1000721

On descend de l'autre coté de la montagne, en direction de Huanuco, vers la jungle. Malheureusement on se perd sur le chemin et on fait un détour assez importante qui nous coûte quelques heures de route et quelques nerfs à cause des routes horribles. Par contre, on passe par des endroits magnifiques, des villages perdues, comme dans les comptes de fées. Le soir, on se retrouve en haut de la montagne, où on remarque que un frein de la camionette nous a laché et on doit attendre le lendemain pour descendre dans la jungle. Le lendemain, on affronte la descente avec seulement un frein. La route fait environ 3 mètres de large et sur le coté se trouve le précipice. Après trois heures tendus, on arrive sein et sauf à Huanuco ! On y peut enfin réparer le frein et partir vers Yurimaguas.

   P1000724    P1000725

D'un coup on se retrouve dans la jungle : clima très chaud, humide, des couleurs magnifiques, des centaines de papillons... On passe de nombreux contrôles policiers, qui nous rapellent tous du danger de rouler la nuit dans cette région et de faire très attention même la journée. Le decors et l'ambiance est presque irréelle, avec la route en terre qui passe dans la jungle et les militaires armés qui se cachent au bord des routes ! Avant que la nuit tombe, on s'installe dans un village, où le poste de police est protegé avec des sacs de sables. Malgré la chaleur insupportable, on trouve vite le sommeil, après une telle journée.

   P1000727    P1000728
   P1000729    P1000735

Le lendemain, on arrive à Yurimaguas, lieu de départ pour notre séjour dans la jungle, à Iquitos, qui est accesible que en bateau (ou avion). Sur le bateau : des vaches, des poules, des enfants qui courent dans tout les sens, une centaines de hamaques installés jusqu'à la dernière place (même dans les couloirs), de la musique péruvienne de partout... Bref, c'est pas la croisière s'amuse ! Nous, on doit s'installer dans une cabine, à cause de la chienne.

   P1000739    P1000741

On profite des magnifiques couchés de soleils sur un décors incroyable : la rivière de couleur café, la forêt tropicale autour, les cries des animeaux... Après trois jours d'échecs, de repos, de pintures et de jeux avec les enfants, on descend à Nauta, tout près de Iquitos. Là-bas, notre guide Jorge qu'on avait contacté auparavant, nous accompagne en bus à Iquitos et nous explique en bref notre séjour que l'on va passer avec lui dans la jungle. Depuis Iquitos, encore une nuit sur un bateau, où cette fois ci on est définitivement les seuls touristes ! Le bateau est encore plus.. disons populaire ! Le lendemain matin tôt, on arrive enfin à Genaro Herrera, où habite Jorge avec sa famille. On arrive dans un autre monde : les maisons en bois et feuilles de palmiers, reveille des coques le matin, des enfants jouant dans la rue, des chiens et des poules dans tout les sense... 

   P1000743    P1000754

Jorge vient d'une famille de shaman et a vecu toute sa vie autant chasseur dans la jungle, avant de guider des touristes. Il prépare tout (nourriture, eau etc.) pour 7 jours en autonomie dans la jungle. Chargé jusqu'au bout, on se retrouve tout les trois avec Jorge et son fils Pedro dans leur petit canöe et après 5h on arrive, perdu au fond de la jungle, à notre camps de base pour les expeditions. Sur la route, on observe déjà des dauphins roses et toutes sortes de oiseaux. Au camps, on installe (avec des lianes et tout fait à la main) nos hamaques et moustiquaires, ce qui est absolument indispensable vue le nombre d'insèctes ! Pedro s'occupe des repas et Jorge nous apprend petit à petit le comportement dans la jungle.

P1000751    P1000756
   P1000755    P1000766

On s'habitue vite a surmonter la peur de se baigner entouré des piranas, car on a vite envie de s'échapper de la chaleur et de l'humidité. Déjà le premier soir, on découvre la jungle la nuit, en fesant un tour en canöe, ce qui est très impressionant ! La nuit c'est carrement un concert avec tout ces bruits d'insects, de poules de la jungle, de singes. Les jours suivants, on apprend à pêcher les piranas et Jorge nous enseigne la medecine de la jungle. Il bouge comme un animal, pieds nues, sans faire de moindre de bruit, alors que nous, equipés des bôtes, on se sent totallement mal à droit. Il immite même parfaitement les bruits des animeaux pour les attirer. Tout les jours, on fait une balade (de max 2 heures, vue la chaleur et les moustiques) pour observer des tucans, des pérroquets, des singes, des cochons et poules sauvages...

   P1000764    P1000772

Equipés de vêtements à manches longues, on essaye d'échapper aux picures de moustique, ce qui est impossible; 40 picures rien que sur une seule main ! Jorge nous fait boir l'eau des lianes, qui est délicieuse, et on coupe des coeurs de palmiers fraiche pour les manger ensuite en salade. Un jour, on découvre une tarantule immense, noir et poilue juste à coté de notre coins pour se baigner. Deux soirs de suite, on se déplace en canöe en recherche d'un caïman. Le deuxième soir, après presque 6 heures à ramer comme des fou, à couper des arbres (à la machette) qui sont tomber sur le chemin dans l'eau, Jorge le trouve enfin, un petit caïman qui se repose au bord de la rivière. On peut facilement le prendre dans la main et l'observer de tout près. On a vecu des moments incroyables, fort d'emocions et pas toujours facile et nous etions très heureux de le vivre avec Glenn. Toute fois, on était content aussi de sortir de la zone de moustiques. Après 5 heures de canöe, on arrive totalement exténué au village et à la civilisation, où on prend tout de suite le bateau pour Iquitos. Depuis là, 3 jours de bateau nous attend pour retourner à Yurimaguas. Le bateau est encore plus chargé au retour, à cause de nöel, où tout le monde se déplace pour voir sa famille. Cette fois ci, on insiste de dormir dans les hamaques, malgré la chienne, pour se fondé plus dans la masse. On rencontre des familles superbe sur le bateau et Glenn et moi s'amuse tout les jours à dessiner et jouer avec les enfants du bateau ! Des enfants magnifiques, sauvages et naives... A Yurimaguas, on retrouve notre camionette et on file rapidement pour l'Equateur.

 

Album photo

Publié dans Pérou

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article