Le Mexique

Publié le par Adrien

001 copie

Bienvenu au pays des "tacos", des "horchattas", des temples mayas, des belles voitures, des villages coloniaux (encore et encore...) et des cactus. Les mexicains sont fière et soigne leur réputation de macho, mais sont quand-même serviables et ouverts. Après tout ce qu'on avait entendu de ce pays et après ce qu'on a vécu auparavant, nous sommes néanmoins déçus du manque de charme. Mais d'abord, on doit mériter notre séjour au Mexique et passer l'épreuve de la douane. On nous refuse l'entrée avec le véhicule, parce que nous ne sommes pas les propriétaires du van. Pour le moment, on a quand-même le droit de circuler dans l'état de "Quintana Roo", juste après la frontière. 

003 copie 004 copie

On se rend direct à Tulum, pour réfléchir à une solution au bord de la mer des caraïbes, allongé sur du sable blanc, un petit verre dans la main... On passe quelques belles journées ici, en dégustant la bonne cuisine mexicaine et on passe des heures à faire du snorkeling pour observer des magnifiques tortues de tout près. Malgré l'incertitude de si on pourra circuler au Mexique, la vie est belle, on rencontre des touristes du Canada, David et Jeff, avec qui on passe des superbes soirées et des petits-déjeuners royales.

008 copie 009 copie

Il est temps de revenir sur terre et de affronter les problèmes avec la douane. On décide de négocier avec la chef de la douane et on passe des journées et des nuits à la frontière pour leur faire comprendre que l'on doit passer cette douane ou notre voyage sera fini ici. On discute longtemps avec la cheffe, qui nous écoute attentivement et qui part ensuite dans son bureau pour déciderde la suite de notre voyage. Elle revient et nous donne l'importation temporaire du véhicule qui nous permet de circuler pendant 6 mois dans le pays. On se retient pour ne pas la serrer dans nos bras comme des fous, c'est notre ange de la journée. Enfin, on peut partir de la frontière et prendre la route vers la région de "Chiapas".

017 018
019 021

On s'arrête à Palenque, une cité maya importante, où on visite le lendemain le site archéologique avec ses temples, pyramides et palais. La foule de touristes et de vendeurs gâche un peu le plaisir, mais sinon on c'est un petit site avec des temples d'une taille impressionnante.

013 copie 016 copie 

Le même jour on se rend direct à "Agua Azul", des piscines naturelles bien fraîches, où même Zonda peut profiter de l'eau (ce jour là, l'eau n'était pas si bleu que son nom le dit). En sortant du parking avec le van, on tombe sur un couple de Vancouver, Mateo et Jolene, qui font du stop et qui veulent aller dans la même direction que nous, vers San Cristobal delas Casas.

025 041

On s'entend super bien avec eux et on décide de visiter un dernier site maya ensemble. C'est le site de Tonina, peu connu, qui se situe dans un décor incroyablement beau ! Tellement beau, j'aurais acheter une petite maison sans hésiter !

029  030
 040  037

On y arrive le soir et le site est déjà fermé, donc on demande aux gardes si on pourra y entrer le lendemain matin tôt, au lever du soleil, avant l'ouverture officiel. Mais on nous dit que cela n'est pas possible. On s'installe dans le petit camping d'à côté, où on fait de la slack-line au couché de soleil, avant de cuisiner tous ensemble. Le lendemain matin, à 5 h, on prend lampes frontales, habilles chaudes et appareilles photos et on part en mission pour pouvoir admirer le lever de soleil depuis toute en haut de la pyramide principale. Nous faisons un grand détour pour ne pas croiser le chien de garde devant l'entrée, rejoignons le chemin principale un peu plus loin, passons les premiers maison de garde sans être vu et nous nous retrouvons finalement au pied de la pyramide, qui est constituée de 7 terrasses pour une hauteur totale d'environ 80 mètres. Juste devant, on apperçois au dernier moment un garde. On essaye de faire demi-tour, mais il est déjà derrière nous et nous appelle. Nous nous excusons et expliquons que l'on voulait juste admirer le lever de soleil, sans cette masse de touristes habituelle et qu'on allait payer le droit d'entrée à l'ouverture officiel du site. Il discute avec son chef et nous autorise de monter sur la pyramide, de prendre quelques photos et de redescendre immédiatement. Le site est juste magique, avec le brouillard du matin et les cries des animaux qui se réveillent. On aurait pu passer des heures et des heures ici, respirant cet air pur, écoutant les bruits de la jungle et découvrant les traces du peuple maya. On ne veut pas avoir plus de problème avec les gardes, donc on s'en va assez rapidement et prenons route vers San Cristobal de las Casas.

044 051
052 054

 Une ville sympathique avec un grand marché indiens au centre, bordé des boutiques dans les petites ruelles piétonnes. Toujours accompagné de Mateo et Jolene, on profite du climat agréable à 2300 m d'altitude. Adrien y achète des pierres et tout le matériel qu'il faut pour faire lui-même des superbes colliers. Il est temps de découvrir un spot d'escalade plus au nord et donc nous quittons l'état de Chiapas. Après une journée de pur conduite, on arrive à Salina Cruz, sur la côte pacifique. Même tard le soir, il fait encore très chaud et on est envahie par des moustiques. Heureusement qu'on peut se doucher dans la petite cabane, qui ont loué Mateo et Jolene, pour refroidir la température du corps avant de se coucher. Le lendemain matin, on se fait un dernier petit-déjeuner au bord de la mer, avant de se séparer de nos chers compagnon canadien. On en peu plus de cette chaleur, même de la mer et la plage on en a marre. Donc on ne va même pas voir le spot d'escalade dans le coin, car en toute façon c'est impossible de bouger avec cette chaleur.

059 060 

On enchaîne une journée de voiture pour arriver ce soir à Oaxaca, où il y a des salles d'escalade et où la température est un peu plus modérée.

066 065
061 067

En arrivant, nous nous rendons tout de suite à la salle d'escalade et prenons les informations nécessaires pour grimper dehors, aux alentours de Oaxaca. On reste finalement 2 semaines à Oaxaca, une superbe ville animée avec plein d'événements culturelles, expositions, cinémas, églises coloniales, des musées historiques et des maisons colorées et fraîches. Tout les matins, après avoir mangé des vrais croissants d'une boulangerie française.

094 095

("Tartamiel"), quand il fait encore un peu frais, on se rend à San Sebastian pour faire de l'escalade de voie. Les après-midis, on visite des expositions, des musées ou on joue avec Zonda dans un des jolies parques.

087 086

Les soirs, on mange toujours dans la rue, chez Simon et Fanny, qui prépare des tacos. On a la chance de tomber sur la semaine où a lieu le festival “Mayo en Oaxaca, fiesta para todos”, un événement avec des concerts plein-air gratuit, des ateliers, des présentations, surtout sur la culture afro. On profite aussi du cinéma gratuit tout les mercredis au "Cafe Central".

Et c'est là, entre les rochets et les spectacles, que l'on prenne la décision d'arrêter notre voyage ici au Mexique. Un voyage tellement riche en rencontres, en culture, en émotions, que ça nous rend nostalgique rien que d'écrire ces mots. On sent tout les deux que il est temps de rentrer, que ce voyage doit se terminer ici. Ils sont difficile à vivre, les jours après cette décision. Plein d'images passe par la tête de ce qu'on a vécu et cette incertitude concernant notre futur. Mais après que l'on a communiqué notre retour aux amis et familles, on est impatient de rentrer et revoir tout le monde.

Notre dernière semaine de voyage se passe bien. A part tout l'organisation du retour (rangements, vente du van, papiers de la chienne etc.), on profite pleinement de nos dernier jour en Amérique latine. On quitte Oaxaca et on se rend aux alentour de Mexico City.

103 104

Une halte à Puebla, où on célèbre notre décision dans un restaurant italien, et on prend route vers un événement d'escalade qui a lieu à Bernal durant un week-end entier.

108 119
115 113

On est très content de passer les derniers jours en compagnie d'un centaine de grimpeur, au milieu des cactus et des rochets. On s'y installe déjà une journée avant l'ouverture de l'évènement et le lendemain midi, on voit arriver 400 personnes qui débarque d'un coup dans ce désert. Tout le monde armé avec des "crash-pads" et les chaussons d'escalade sous le bras. Il y a de la musique, des concours d'escalade, des vidéos, des ateliers et cours, de la bonne nourriture mexicaine... Bref, une superbe ambiance !

124

125 123

Le lundi, on part vers Taxco, une très belle ville, connue pour ses bijoux en argent. Son centre-ville est magnifique avec un charme pittoresque des ruelles étroites et des maisons blanches aux toits de tuiles. La circulation en voiture au centre est difficile, tellement les rues sont étroites et abruptes, car la ville est littéralement accrochée au mont Atachi. On y voit pratiquement que des Taxis. Et pas n'importe les quelles Taxis, ce sont que des coccinelles blanches qui soulignent autant plus le charme de la ville ! On y achète les derniers souvenirs et cadeaux, avant de se rendre à notre destination final, à Guernavaca, où on veut vendre le van.

Guernavaca se trouve à deux heures de la capitale et est un peu plus calme. Entre l'organisation de la vente du van, les papiers de Zonda, les bagages, les rangements, on n'a pas beaucoup de temps pour se poser. Surtout le micro-chip de la chienne nous demande beaucoup de temps et de l'énergie. Je ne sais toujours pas comment, mais on l'a fait. On a réussi de se retrouver avec quatre bagages remplies de souvenirs à l'aéroport de Mexico. Un moment tellement fort, que l'on sait plus si on est triste ou heureux, c'est un peu des deux en même temps. Zonda nous rend la situation pas plus facile, car elle n'arrête pas de pleurer et doit faire comprendre à tout le monde qu'elle ne veut pas être enfermer dans une cage, loin de nous. Mais elle ne sait pas que on va retrouver tout le bonheur là où on va.

 

...et effectivement, après une courte nuit dans l'avion et le retrouvaille avec Zonda(tout s'est passé sans problèmes), le bonheur nous attend à l'aéroport de Paris.

Publié dans Mexique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A
<br /> Felicitaciones.... !!!!!!<br /> Desde Balcarce, les deseamos un buen regreso a Lausana yyyyyyyyyyyy..... a seguir disfrutando de la vida.<br /> Los queremos mucho<br /> Carlos y Ana<br /> <br /> <br />
Répondre
A
<br /> <br /> Hola,<br /> <br /> <br /> Muchas gracias por el mensage.<br /> <br /> <br /> Disculpa que no hamos podido contestar mas temprano, estamos haciendo muchas cosas : buscando un appartamento en Berne en suissa, buscando el trabajo... Los esperamos en Suissa y nuestra casa !!!<br /> Temos muchos sentidos para ustedes !!! Que se cuidan.<br /> <br /> <br /> Un gran abrazo.<br /> <br /> <br /> Adrien y Beatrice.<br /> <br /> <br /> PS: si tienen skype le dar nuestro nombre para que hablamos mas facile : breatrice.et.adrien<br /> <br /> <br /> <br />